Los Van Van 
Groupe de timba

Depuis près de quarante ans, Los Van Van n'a cessé de prouver au reste du monde que la musique cubaine est non seulement bel et bien en vie, mais aussi incroyablement dansable. Et l'accueil que les foules leur ont réservé à l'occasion de leur récente tournée américaine (Los Angeles, New York, Miami...) ne fait que confirmer le succès retentissant de cette mission. Cependant, en y regardant d'un peu plus près (particulièrement après une rare interview accordée à La Havane où tout a commencé) vous comprendrez que la réussite de Los Van Van est loin de se limiter à la piste de dance.

Le véritable exploit de Los Van Van réside dans le fait qu'ils ont pris quelque chose de très compliqué (à savoir des paroles sophistiquées, une instrumentation éclectique et des percussions à plusieurs niveaux), pour en faire quelque chose de très simple. Ils ont inventé un son (plusieurs d'ailleurs) qui leur est propre. Bien avant l'apparition du terme fourre-tout « fusion » utilisé par tous les musiciens cubains désireux de briser le moule, Los Van Van a mis le cap sur un nouveau rivage musical et n'a jamais regardé en arrière. Écoutez les tout premiers enregistrements du groupe et vous entendrez des violons jouant des accords de rock progressif (« El Penoso »), et des rythmes traditionnels Changüi interprétés dans tous les sens.

Le nom du groupe a fait l'objet de nombreuses discussions. Selon la version la plus populaire, « Los Van Van » voudrait apparemment dire « The Go Go's » en anglais, soit une sorte de clin d'oeil à la musique pop des années 60, au-delà des frontières cubaines. Juan Formell, qui a fondé Los Van Van en 1969 et qui demeure le leader du groupe, affirme que le nom était à l'origine un jeu de mots sur la campagne du gouvernement cubain visant à stimuler le rendement de la canne à sucre du pays (« ¡Los diez millones van! »), mais il n'y accorde que très peu d'importance. « C'est tout simplement un nom comme un autre, » dit-il en haussant les épaules. Cependant, en ce qui concerne la musique du groupe, c'est une autre histoire, une histoire qui l'obsède depuis toujours.

Né à La Havane en 1942, Juan Formell a d'abord étudié aux côtés de son père, professeur de musique à l'époque, puis aux côtés des légendaires bassistes cubains Orestes Urfe et Israel « Cachao » López. Il s'est tout d'abord produit, contrebasse en main, dans des salles de danse désireuses de se refaire une santé à la suite de la révolution cubaine. « La Martes », une chanson qu'il a écrite pendant qu'il travaillait avec le groupe de Charanga d'Elio Revé, est devenue son premier tube de dance.

Formell a fondé Los Van Van avec un autre membre de l'orchestre d'Elio Reve, un pianiste appelé Cesar « Pupy » Pedroso, et ensemble, ils ont écrit tube après tube. Au tout début, Los Van Van était composé de deux violons et de deux flûtes, comme tout groupe de Charanga cubain traditionnel, mais comptait également trois trombones et trois chanteurs, en plus de Formell à la contrebasse et Pupy au piano. Piano électrique, orgue, guitares électriques et synthétiseurs ont fait leur apparition au fil des ans, mais ce sont véritablement les percussions qui rendent le son de Los Van Van aussi original.
 
Les premiers enregistrements du groupe présentent un batteur appelé Blas Egües, rapidement remplacé par José Luis « Changuito » Quintana. La virtuosité de Changuito à la batterie a aidé Formell à développer une version funky du Son Montuno qu'il a appelée « Songo ». Pour nombre de Cubains, le Songo est devenu le son des années 70. « Songo » a également servi de titre à l'album révélation de Los Van Van de 1988 (sorti à l'échelle internationale sous le label Mango Records). Et comme si la genèse du Songo n'était pas suffisante, Los Van Van est ensuite devenu un précurseur du mouvement musical fabuleusement complexe, aujourd'hui connu sous le nom de Timba, bien avant que les groupes cubains de tels que La Charanga Habanera et NG La Banda ne le popularisent dans les années 90.

Nombre de fans se sont demandés comment Los Van Van allait continuer suite au départ de Changuito en 1993. Ce dilemme a été résolu par le fils de Formell, Samuel, qui a repris les baguettes des mains de Changuito et a depuis largement contribué aux fabuleuses compositions telles que « Te Pone La Cabeza Mala » (1997), la chanson-titre de l'un des meilleurs albums de Los Van Van.

De nouvelles spéculations quant à l'avenir de Los Van Van ont fait surface suite au départ de Pedro Calvo (le crooner devenu célèbre grâce à « Se Acabo De Querer ») en 2000 ; la même année, le groupe a remporté un Latin Grammy Award pour « Llego Van Van ». Les craintes ont redoublé l'année suivante après le départ Pupy pour créer un groupe appelé Los Que Son, Son, semblant être en concurrence directe avec Los Van Van. Mais Juan Formell ne demandant pas mieux que de relever un défi, est revenu en force, notamment en 2005 avec l'album « Chapeando ».

Aujourd'hui, les voix de Los Van Van incluent Mayito Rivera, Roberto « Roberton » Hernandez, Lele Rosales, et Yeni Valdes, la première chanteuse féminine du groupe. « Et elle pourrait être la dernière, » plaisante Formell, parce que « Yeni est unique, son registre de voix est incroyable. Elle est une musicienne qui apporte énormément au reste de l'orchestre. Sur scène, elle est spectaculaire. »

La fille de Juan Formell, Vanessa, chante également pour le groupe de temps en temps. Samuel Formell est encore à la batterie et il a également repris les fonctions de sont père en tant que directeur musical de Los Van Van. Samuel Formell ne laisse pas de place au doute, qu'il s'agisse de l'avenir du groupe ou encore de sa capacité à innover et rester au goût du jour :« Aujourd'hui, nous continuons sur la lancée de Juan Formell de nombreuses façons » a affirmé son fils et héritier musical. Aujourd'hui, il y a de nouveaux musiciens, de jeunes musiciens contemporains, la musique est plus riche et le niveau musical est plus élevé, et c'est très bien. Mais les idées de Juan Formell perdurent. » Et Los Van Van continue ses tournées aux quatre coins du monde, faisant découvrir la musique cubaine dansable au reste de la planète d'une façon tout à fait unique et originale.