Jorge Perugorría 
Acteur cubain

Jorge Perugorria, l'acteur le plus célèbre de Cuba, vit à Santa Fe, dans la banlieue de La Havane, dans une maison qui reflète ses efforts créatifs à multiples facettes, ainsi que son empressement à faire la fête. Les peintures - les propres oeuvres de Perrugorria et celles de ses amis - occupent tous les espaces muraux disponibles. En descendant les marches qui mènent du salon au bar, vous pourrez voir un grand piano Steinway, une batterie et les paroles d'une chanson pour Carlos Varela qui sont « nées dans bar ». Vous pourrez voir également les preuves frappantes que Perugorria est un père de famille. Sur les marches qui mènent de son jardin à la mer, vous pourrez lire les inscriptions « Pichi y Elsita », « Pichi » étant son surnom et « Elsita» étant le surnom de María Lafuente de la Paz, son épouse et mère de leur quatre enfants.

Dans toute l'île de Cuba et dans le reste du monde, Perugorria est le célèbre héros aux yeux bleus de « Fresa y Chocolate » (Fraise et Chocolat). Le film remporta le premier prix au Festival du film de La Havane en 1993, un Prix spécial du jury au Festival du film de Berlin l'année suivante et, en 1995, il devint le premier film cubain à être nominé pour un Academy Award. Perugorria joue le rôle de Diego, un homosexuel bon-vivant qui se lie d'amitié avec un étudiant hétérosexuel de l'université, prénommé David. Explorant les thèmes des politiques de tolérance et sexuelles, « Fresa y Chocolate », codirigé par Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío, a ouvert les yeux de beaucoup de gens à Cuba, et il a ouvert beaucoup de portes pour Perugorria. Il a également mené à d'innombrables interviews pendant lesquelles on lui demandait s'il était homosexuel.

Perugorria est né en 1965 à Wajay, un autre quartier de la banlieue de La Havane. Il a fait des études d'ingénierie civile jusqu'à ce qu'il s'oriente vers le théâtre. Il a joué Shakespeare avec la troupe Olga Alonso, dirigée par le grand Humberto Rodríguez, et il a joué le premier rôle dans « The Glass Menagerie » avec la troupe Rita Montaner. Au début des années 90, Perugorria aida à fonder le Théâtre public de La Havane, où il fit ses débuts dans la pièce « The Maids » de Jean Genet, dans laquelle Perugorria jouait le rôle de Clara. Ce sera la dernière fois que Perugorria apparaîtra sur une scène de théâtre.

« Je jouais le rôle de Clara, je travaillais donc sur une attitude androgyne, féminine qu'il me fallait pour ce rôle », se souvient Perugorria. « Carlos Díaz [le légendaire directeur théâtral de Cuba, qui travaillait avec Perugorria sur « The Maids »] montra mes scènes à Titón [Tomás Gutiérrez Alea], et Titón fut impressionné par toute la dimension gestuelle que je donnais au rôle de Clara ». Et ceci m'amena à mon premier film au cinéma.

J'avais tourné dans deux ou trois séries TV et courts métrages, mais mon premier vrai film, ma grande première au cinéma fut « Fresa y Chocolate ». Je me suis présenté au casting pour l'audition du rôle de David, qui est le personnage qui représente ma génération. À la fin, Titón me dit, « Écoute, j'ai déjà plusieurs candidats pour le rôle de David, mais j'aimerais que tu fasses un essai pour le rôle de Diego ». Et ceci m'inquiéta réellement, parce que je me disais que, pour le rôle de Diego, ils voulaient un acteur qui ait bien plus d'expérience et soit plus âgé que moi parce que je n'avais que 27 ans à cette époque, et je n'avais pas tourné beaucoup de films. Mais après les essais que j'ai faits, Titón dit : « C'est toi que je veux pour le rôle de Diego ».
 
Perugorria a joué dans près de 50 films, le plus récent étant «Che» de Steven Soderbergh, et il en a lui-même dirigé quelques-uns. Puis il est devenu l'un des plus efficaces ambassadeurs culturels de Cuba. Au début de l'année, il a organisé une exposition artistique à Mexico au bénéfice de la ville de Gibara, dans la région Est de Cuba, fortement touchée par l'ouragan Ike.

Après « Fresa y Chocolate », je suis arrivé à la croisée des chemins, explique Perugorria. « J'ai choisi celui m'amenant au cinéma cubain, et je suis ravi, enchanté de cette décision, parce que l'autre option était de renoncer à tout cela et d'essayer de faire carrière à Hollywood. Pour un Cubain, aller vivre à Hollywood ou aller jouer en Première ligue de baseball signifie de renoncer à son pays. Il ne s'agit pas seulement de faire un autre type de cinéma. Ça signifie également d'abandonner votre famille, de quitter votre pays, vos concitoyens, votre ville, - et ça ne faisait aucun sens pour moi. Je me suis dit : non, je continue à faire des films cubains ».
 
Les longs-métrages dans lesquels Pichi tient un rôle :

CHE - S. Soderbergh, 2008
NOWHERE - L. Sepulveda,2002
CARIBE - E. Ramirez, 2002
GUANTANAMERA - T. Gutierrez Alea & JC. Tabio, 1995
STRAWBERRY AND CHOCOLATE- T. Gutierrez Alea & JC. Tabio, 1993