Hipnosis
Groupe de heavy metal

Ce n'est pas facile d'être un metalero à la Havane. Vous devez éviter le soleil, porter du noir au lieu d'imprimés tropicaux, des bottes à clou en métal au lieu de sandales, des jeans noirs serrés ou des jupes écossaises mais jamais de shorts et vos cheveux doivent être très, très longs. Et puis il y a le headbanging - des mouvements de tête en moulinets non stop - quand vous ne prenez pas un air démoniaque et/ou n'élevez pas votre main en l'air dans un salut de diable à cornu. C'est quand même plus facile de nos jours que dans les années 1980s lorsque Fanny Tachín Orizondo était une gamine qui rêvait de métal. A cette époque, aucun de nous n'avait de CD" se souvient Fanny "donc il fallait trouver quelqu'un avec des disques vinyl ou des cassettes de groupes étrangers comme Metallica, Slayer, Anthrax, Overkill. Tout un programme. Si quelqu'un possédait un de ces disques à Santa Clara [à environ 260 km de la Havane], il fallait aller jusque là-bas pour l'écouter."

Fanny traînait dans une maison à Vedado que tout le monde appelait "El Patio de María" car elle appartenait à une fan de metal du nom de María Gattorno. C'était un endroit qui servait à des concerts en sous-sols par des groupes métal cubains comme Venus qui accédait difficilement aux canaux habituels de musique. Quant au rêve de Fanny de monter son propre groupe metal, "c'était simplement absurde", dit-elle. "Si vous ne jouiez pas de la musique cubaine traditionnelle, si vous ne jouiez pas de la salsa, vous étiez un phénomène de foire ou comme un fantôme - personne ne voulait vous connaître. C'était difficile de trouver des endroits pour pratiquer, Il n'y avait aucun soutien. Les groupes qui débutaient, devaient pratiquement créer leurs propres instruments."

Mais Fanny ne s'est pas découragée. Elle suivit des cours privés de musique, passa beaucoup de temps sur son skateboard,  devint championne de karaté et en 2001, elle fonda Hipnosis, l'un des groupes de métal les plus talentueux et les plus solides à La Havane de nos jours. Giovany Milhet Valera, que tout le monde appelle Zeppelin, joue de la guitare et assure quand il pince ces notes aiguës sur le territoire vocal de Rob Halford. "Zeppelin avait une jolie voix" dit Fanny. "Au début, il ne voulait pas chanter mais le reste du groupe l'a persuadé qu'on avait plus besoin d'un chanteur que d'un guitariste, alors il a fini par faire les deux." 

Quand une chanson du répertoire d'Hipnosis requiert des styles de voix plus gutturaux, ce n'est pas sur Fanny que ça tombe - dont le timbre de voix quand elle parle, semble être trompeusement modéré par bon nombre d'heures de "hurlements à la mort" - mais sur une ancienne mannequin de 23 ans du nom de Maylín Ruíz Yip. Alain Candia González (percussions, voix) a rejoint Hipnosis en 2005 et Katia Fernández González (voix) en 2008. Les deux  membres les plus récents ayant intégré le groupe en 2010, sont un guitariste leader nommé Raymond (Ramón Daniel Rodríguez Rodríguez) et un claviériste nommé Indi (Indira de las Mercedes Labañino León). 
 
Bien que la composition du groupe ait considérablement changé en quelques années, Hipnosis n'a jamais dévié du chemin métal. Le groupe s'est fait remarquer à l'échelle nationale en 2003 lorsqu'il a été sélectionné comme Meilleur Nouveau Groupe dans un sondage effectué par Cuerda Viva, le spectacle de musique le plus populaire à la télévision cubaine. L'année suivante, quand le label EGREM a sorti le premier album du groupe, presque tout le monde ayant accès à une télévision à Cuba regardait la vidéo pour The Chosen One; la chanson du titre de l'album. Hipnosis a été invité à jouer dans les plus gros festivals de musique sur l'île et les membres du groupe se sont retrouvés à partager une scène avec des géants en visite comme Sepultura et Audioslave.

"Hipnosis est, et a toujours été, un groupe de hard rock" explique Fanny. "Au début, je voulais montrer que les femmes pouvaient jouer ce style de musique sans qu'il devienne, comment dire, plus soft, plus rock pop.  Surtout parce que sur la scène du hard rock, il y a eu très peu de femmes toutes ces années."

De nos jours, en plus d'Hipnosis, il y a plus de 100 groupes métal actifs à Cuba. Avec des noms comme Zeus, Escape, Combat Noise, Ancestor, Aganizor, Konflict, Mortuory, Chlover et Narbeleth, ils représentent toute la gamme du grindcore au thrash en passant par n'importe quel autre sous-genre de métal que vous pouvez imaginer. Depuis 2007, Cuba possède son propre festival métal, Brutal Fest, organisé par le label français Brutal Beatdown Records et soutenu par le Ministère de la Culture de Cuba et la Agencia Cubana de Rock administrée par l'Etat. La plupart des groupes mentionnés précédemment ont joué à un moment ou à un autre au Maxim Rock, un lieu consacré au rock qui a ouvert ses portes dans le Centro Havana en 2008. Au moment de leur interview avec Havana Cultura, Hipnosis jouait deux ou trois fois par mois au Maxim Rock.

Ce qui était peut-être le plus surprenant concernant le concert d'Hipnosis filmé par Havana Cultura, c'était de voir et d'entendre à quel point ce groupe pouvait venir de ... n'importe où sauf de La Havane. Presque toutes leurs chansons composées par Giovany sont en anglais. C'est dur d'imaginer qu'aucun membre de ce groupe n'a jamais été ailleurs qu'à Cuba. "Les gens nous demandent toujours pourquoi on ne joue pas de la musique cubaine, et ma réponse est toujours la même" dit Fanny. "Si je suis cubaine et que ce groupe est cubain et que nous jouons cette musique, alors ça doit être de la musique cubaine. Même si les racines de cette musique sont ailleurs, il y aura toujours une partie, même une toute petite partie de notre musique qui la rend cubaine."