Haydée Milanes
Chanteuse de trova

A Cuba, il n'est pas rare qu'un artiste célèbre soit descendant d'un autre artiste célèbre. C'est chose courante. Et pourtant, il est toujours intéressant de voir comment le relais est passé d'une génération à l'autre. D'ailleurs, c'est de cette façon que commencent presque toutes les présentations d'Haydée Milanés, à savoir sur sa descendance. Fait bien connu parmi les Cubains, Haydée Milanés est la fille de Pablo Milanés, célèbre membre de Nueva Trova, mais elle a travaillé dur (bien plus qu'on pourrait se l'imager) pour s'imposer sur la scène musicale et mérite largement d'être reconnue pour sa propre musique, indépendamment de ses origines.

Comment donc qualifier la musique de Haydée Milanés : sensuelle, gaie, jazzy et agréable. Son chant lui a valu d'être comparée à Norah Jones, bien que cette comparaison puisse être une autre allusion aux avantages que présente un père célèbre (en effet, Jones est la fille de la légende de la sitar, Ravi Shankar). Il se trouve qu'Haydée n'a jamais pu s'imaginer vivre sans la musique. Elle est née à La Havane en 1980. A 6 ans, elle a commencé à étudier le piano et le chant au conservatoire Manuel Samuel, puis a entamé des études de musicologie au conservatoire Amadeo Roldan. Durant son adolescence, elle arpentait la capitale cubaine pour chanter là où l'opportunité se présentait, puis a finalement intégré le quartet de jazz Ernán López-Nussa.

« Mon père fut ma première influence », raconte Haydée. Elle a grandi en le regardant pratiquer, jouer et écrire. Mais le fossé qui les sépare est énorme. Pablo Milanés et les autres partisans de la « nouvelle chanson » cubaine connurent leur heure de gloire à la fin des années 60 avec des chansons contestataires. Les chansons de Haydée sont aussi calmes et introspectives que celles de son père étaient ouvertement engagées. Elle a commencé en interprétant les oeuvres d'autres artistes, mais elle explique que son prochain album sera entièrement personnel, des textes à la production en passant par les compositions. « Je ne fais que commencer, la plupart [de mes chansons] sont personnelles et traitent de mes expériences, de moments vécus, mais aussi de situations familiales, en gros de choses qui pourraient arriver à n'importe qui ». Et plus d'une ballade abordent les problèmes de coeur. 

Pour être juste, il faudrait ajouter que Pablo Milanés a eu, lui aussi, deux ou trois choses à dire sur l'amour. « Yolanda », chanson émouvante et romantique, est devenue un de ses plus grands succès internationaux. Cependant, la différence avec son père est que pour Haydée, le contenu n'est pas le plus important, mais la forme ou la façon de chanter. 

En 2000, après un séjour productif au Brésil en tant que chanteuse dans le groupe López-Nussa, elle a commencé à jouer régulièrement à La Zorra et dans le club El Cuervo de La Havane. Elle s'est souvent produite dans des sessions d'improvisation avec Roberto Carcassés, directeur du collectif légendaire Interactivo (à travers une chanson, elle a apporté sa contribution à la compilation novatrice Cool Cool Filin produite par Carcassés). Son premier album solo, Haydée, est sorti en 2005 et a été produit par Descemer Bueno, l'auteur de toutes les chansons. « Je connais Descemer depuis mon enfance, raconte-t-elle. Il avait un groupe de jazz et ils répétaient dans mon garage ». Au cours de notre interview dans son appartement de Vedado, Haydée s'assoit au piano et joue une des chansons de son premier album, « Mi Pasión, Mi Vida ».

Sur son album live (Haydée Milanés en Vivo), sorti en 2008, elle chante avec son père et ses soeurs Lynn et Suylén Milanés. (Haydée a une autre soeur, Lyan, et trois frères, Mauricio, Fabián et Antonio. Sa mère Zoé est photographe et ancien mannequin).
Au cours de l'été 2009, Haydée a entamé une longue tournée à Cuba avec son nouveau groupe. Si vous assistez un jour à un de ses concerts, vous aurez peut-être la chance de la voir chanter en duo avec son père. Pablo Milanés chante à Haydée depuis qu'elle est bébé, depuis qu'il lui a dédié une chanson magnifique, « Son Para despertar a Una Negrita ». La première fois qu'Haydée est montée sur scène, ce fut à l'âge de 10 ans, pour accompagner son père en duo le temps d'une chanson. Les regarder chanter ensemble aujourd'hui (Pablo, 66 ans, qui souffre apparemment d'une maladie des os l'empêchant de jouer aussi confortablement qu'il le voudrait, et Haydée, la voix mélancolique de la nouvelle génération cubaine), c'est comme assister à la rencontre de deux époques différentes de la musique cubaine, le genre de soirée que vous n'êtes pas prêt d'oublier.