Danza-Teatro Retazos
Compagnie de danse contemporaine

La Habana Vieja, le quartier colonial situé en plein cœur de la capitale cubaine, est l'endroit où l'ancien redevient actuel, où les bâtiments sont décapés au jet de sable afin d'en restaurer la splendeur du XVIe siècle, où les femmes portent des robes jaunes de danseuses de rumba et où les hommes, coiffés de chapeaux façon Compay Segundo, posent avec langueur pour les touristes. Vous serez donc peut-être surpris d'apprendre que ce quartier historique accueille l'une des compagnies de danse les plus avant-gardistes de la ville ainsi qu'un festival annuel mettant l'accent sur l'expression artistique et l'engagement communautaire plutôt que la tradition et la préservation.

Cette compagnie de danse s'appelle Retazos (« fragments ») et le festival international de danse dont la 16e édition aura lieu du 11 au 17 avril 2011, « Habana Vieja : Ciudad en Movimiento » (La Vieille Havane : Une Ville en Mouvement). La troupe et le festival ont été créés et sont aujourd'hui dirigés par une ancienne ballerine d'origine chilienne du nom d'Isabel Bustos Romoleroux.

« Au début, je dansais des rôles très traditionnels, mais je ne me sentais pas vraiment en harmonie avec ce que je faisais, » a affirmé Bustos. « Donc j'ai commencé à m'intéresser au mouvement. » Cet intérêt l'a amenée à étudier avec les meilleurs chorégraphes de Cuba (Ramiro Guerra) et danseurs (Loipa Araújo) puis, plus tard, à enseigner l'art de la scène à l'Instituto Superior de Artes de Cuba. Mais c'est en janvier 1987, dans l'antre de son salon, qu'elle finit vraiment par percer. Elle poussa tous ses meubles contre un mur pour que cinq danseurs puissent disposer de suffisamment d'espace pour interpréter Mujeres, la première représentation de Retazos.

Deux décennies plus tard, Teatro-Danza Retazos loge dans un bâtiment élégamment rénové de la Calle Amargura, avec des bureaux, un théâtre et des studios dans lesquels les enfants du quartier viennent étudier la danse ainsi que les arts visuels (peinture, papier mâché, cinématographie...).

« Je travaille avec les formes, les techniques, les connaissances, les situations que je trouve autour de moi, » déclare Bustos. « C'est pourquoi Retazos représente des fragments d'émotions, de vie, de sensations. Chacun de nous est fragmenté. La forme sous laquelle nous connectons ces fragments est la façon dont évoluent nos vies. Et c'est ainsi que Retazos s'est formée. À partir de fragments. »

Bustos est arrivé pour la première fois à La Havane en 1963, a étudié le ballet à l'École nationale d'art (ENA) de Cuba, est allée à Paris pour étudier la chorégraphie à la Sorbonne, puis est revenue à La Havane pour de bon. Aujourd'hui, elle est connue dans le monde de la danse, de l'Europe à l'Amérique du Nord en passant par l'Amérique du Sud où Retazos a été invitée à se produire, mais elle est tout particulièrement vénérée dans le quartier de la Habana Vieja. Chaque Printemps, pendant 7 jours, le festival de la Ville en Mouvement redonne vie aux ruelles pavées du quartier. La danse envahit les parcs, les balcons, les escaliers et les rues de la ville. Le festival ainsi que toutes les représentations de la compagnie Retazos mettent l'accent sur l'expérimentation et la découverte artistique, et le résultat est incroyablement imprévisible. Le site Internet de Retazos précise qu'ils essayent « de refléter les différentes contradictions culturelles et artistiques de notre temps. »

On pourrait penser que la danse suffirait à occuper Isabel Bustos, mais en plus de tout cela elle s'adonne également à la conception de décors et de costumes et est une peintre émérite. « Je me sens beaucoup plus proche des arts plastiques, du cinéma, » affirme-t-elle. « L'image est la clé. La parole vient à travers l'image. »